Revolution Contemporaine

Musique | Arts Plastiques | Cinéma | Photographie | Littérature

Cinema : Les 10 Films incontournables de l’année 2010

L’année cinématographie 2010 s’achève ; certes elle ne fut peut être pas la plus rempli qualitativement parlant, mais elle contient tout de même ses chef-d’œuvres. Retour sur les meilleurs films de cette année (et honte sur vous si vous ne les avez pas vu).


  • Sur 10 films, trois se détachent (notre Top) de part leur fraicheur, leur poésie et leur beauté :

1  Oncle Boonmee (Celui qui se souvient de ses vies antérieures)             de Apichatpong Weerasethakul (Tropical Malady [2004])                               >BANDE-ANNONCE<

 Palme d’Or à Cannes

 

2  Mystères de Lisbonne                                                                               de Raùl Ruiz (Klimt [2006])      >BANDE-ANNONCE<

3  Film Socialisme                                                                                          de Jean-Luc Godard (Le Mépris [1963])      >BANDE-ANNONCE<


  • Suivent 7 films eux aussi immanquable cette année (non-classés) :

- Fantastic Mr. Fox                                                                                       de Wes Anderson (La Vie Aquatique [2004])      >BANDE-ANNONCE<


- Venus Noir                                                                                                 de Abdelatif Kechiche (L’esquive [2002])      >BANDE-ANNONCE<


- Shutter Island                                                                                            de Martin Scorsese (Casino [1995])      >BANDE-ANNONCE<


- Tournée                                                                                                     de Mathieu Amalric (La Chose Publique [2003])      >BANDE-ANNONCE<


- Vous Allez Rencontrer un Bel et Sombre Inconnu                                    de Woody Allen (Manhattan [1979])      >BANDE-ANNONCE<


- Des Hommes et des Dieux                                                                        de Xavier Beauvois (Le Petit Lieutenant [2005])      >BANDE-ANNONCE<


- Escape Through the Gift Shop (Faites le Mur)                                          de Banksy (L’un des plus grands pochoiristes british et figure emblématique du Street-Art, allez voir son site officiel et réconciliez-vous avec les graph’ )      >BANDE-ANNONCE<


  •  Enfin nous ne pouvions pas ne pas mentionner ces films qui malgré leurs défauts ont un intérêt, de par leur réalisateur, leur sujet ou leur travail filmique (un bon cadeaux de Noël en fait ?) :

- Toy Story 3 de Lee Unkrich ; Suite et fin de l’emblématique trilogie Toy Story créé par Pixar, le talentueux studio californien, et dont l’épisode 1 (en 1995) fut le premier long-métrage entièrement réalisé en image de synthèse (qu’encore aujourd’hui la tonne de films de synthèses qui sortent n’arrivent pas à dépasser… Pixar a choisi de ne sortir qu’un film par an, ils n’ont pas fait le mauvais choix). Si le coté enfantin grand-public semble évident, Pixar nous prouve une fois de plus qu’il peut émouvoir même les plus grands (la scène de la décharge, surement l’une des plus fortes de l’année).

- The Social Network de David Fincher ; Retraçant la création d’un [f]ameux réseau social. Premier Biopic de Fincher (Benjamin Button sa ne compte pas, et en plus c’est râpé), vu avec un œil le plus objectif possible, sans trop de fioritures ou de scènes niaises, allant directement à l’essentiel. Un film efficace, pas forcement le meilleur du réal’ mais loin d’être son plus mauvais (vous savez déjà de qui je parle…).

- Les Amours Imaginaires de Xavier Nolan ; S’intéressant à l’amourette, ambiguë, d’un homme et d’un femme pour la même personne. Filmé avec l’œil jeune et branché du canadien, un petit film à l’esthétique soit, assez facile et gentille, mais réjouissante. Vacances.

- Bad Lieutenant, Escale à la Nouvelle-Orléans de Werner Herzog ; Herzog nous sert ici un remake (peut-on réellement parler de remake) du film d’Abel Ferrara [1992], en y enlevant l’aspect religieux, le film perd donc la moitié de sa force, mais conserve cependant ça dose de détente et de divertissement ; et la qualité d’image est tout de même là, Herzog n’est pas n’importe qui !


Joyeux Noël (un peu en retard) à tous, engraissez vous en pâtés comme en films et à l’année prochaine.

G.S.

  1. revolutioncontemporaine a publié ce billet
Les commentaires de ce blog sont propulsés par Disqus

ON AIME :
You Are Here !
BLDG//WLF
Beware
Belle Isle Players
La Blogothèque

ARCHIVE